5 lieux pour se réveiller de bonheur

J’ai toujours eu une fascination pour les levers du soleil. À l’instar du crépuscule, il s’y passe toujours un je ne sais quoi qui résonne dans les profondeurs de mon être. Souvent boycotté au profit d’un réveil qui joue contre la montre, le lever de l’astre solaire se montre particulièrement généreux dans certains coins du Maroc... Zoom sur ces lieux qui transcendent le bonheur de se lever de bonne heure !

1
Dans un camp du désert

Quel meilleur endroit que le désert pour une salutation au soleil* sur les dunes encore vierges du petit matin ? Antoine de Saint-Exupéry disait à propos du désert « On ne voit rien. On n’entend rien. Et pourtant quelque chose rayonne en silence ». C’est précisément cette chose impalpable, ce silence enivrant, ce souffle inébranlable qui galvanise le voyageur. Face à l’immensité du désert, la machine à laver des pensées, qui d’ordinaire tourne à 100 000 tours minutes est ralentie, presque à l’arrêt… On se sent léger. On communie, plus que jamais avec les éléments. On prend la beauté du monde en pleine face.

Les bienfaits de la salutation au soleil*

 La salutation au soleil est un ensemble de postures de Yoga qui consiste à relier son corps, sa respiration et son esprit à l’univers qui nous entoure. Ce rituel du matin en l’honneur de l’astre solaire vise à remercier le soleil comme source de Vie. L’exercice, à la fois physique et spirituel est appelé Surya Namaskara en Sanskrit. Effectué face au soleil levant, il apporte son lot d’énergie bienfaisant pour commencer la journée… de Bonheur !

2
Dans la vallée heureuse

Si le Bonheur est incontestablement un concept Made Home, il est des lieux, qui, par leur beauté, par leurs vibrations profondes, nous transcendent naturellement vers des sphères heureuses. La vallée des Aït Bougmez, lovée dans le haut-Atlas central et appelée à juste titre « vallée heureuse » est un de ces lieux. Les panoramas époustouflants, la gentillesse des berbères, les villages en terre, la simplicité ambiante : tout ici fait écho à la beauté de la Nature. Lorsque le soleil levant s’en mêle, notre regard sur le Bonheur se voit littéralement transcendé... par l’expérience du Bonheur lui-même !

3
Dans la palmeraie

Émerger des bras de Morphée en s’emplissant les oreilles du pépiement des oiseaux, ô combien volubiles sous les cieux de la palmeraie. Écarquiller les yeux face au spectacle des rayons du soleil tentant de chasser la brume évanescente du petit matin. Découvrir, enfin, la végétation témoigner avec ferveur du miracle de la vie... Le réveil dans la palmeraie est un moment béni de douceur et d’enchantement sensoriel. Plus qu’une suggestion, une évidence…

Réveil de Bonheur dans la palmeraie de Skoura
Réveil de Bonheur dans la palmeraie de Skoura

4
Face à la mer à Essaouira

L’alarme stridente du réveil et les grommellements à la Jean Pierre Bacri face à la machine à café ne sont qu’un lointain souvenir face à la mer déployée à l’infini sous les caresses du soleil levant d'Essaouira. Le va et vient des vagues qui disparaissent et réapparaissent inlassablement, le cri des mouettes et des goélands qui dansent en osmose avec le vent, la fraîcheur des embruns vivifiants et ce thé servi face à la mer... Tout autour de vous concoure à faire de votre réveil face à la mer un grand moment d’anthologie.

5
Sur le toit de l’Afrique du Nord

L’intensité du lever du jour est particulièrement forte sur le toit de l’Afrique du Nord. On y ressent avec acuité, toute la force des éléments couplés à la beauté brute de l’Atlas. Mais pour l’heure le soleil dort encore et il vous reste quelques kilomètres à gravir pour atteindre les 4167 mètres du Jbel Toubkal. La nuit, très courte, a passé le mot à votre souffle, éprouvé, coupé, à bout. Mais peu importe, car ici, le bonheur de se lever de bonne heure se conjugue à l’effort, qui, en dépit de la douleur et de la sueur, vous pousse toujours plus haut, vers le dépassement de vous-même.

De bonheur sur le Jbel Toubkal
De bonheur sur le Jbel Toubkal
© photo principale : Laurie Arnauné © photos article de haut en bas : Laurie Arnauné