Imlil, à l’ombre du Toubkal

Loti aux portes du Parc National du Toubkal, le village d’Imlil est le point de passage obligé pour qui souhaite en découdre avec le plus haut sommet d’Afrique du nord… Mais pas que !

En allant vers Imlil

Une bonne heure de route et demi suffit pour rallier Imlil depuis Marrakech, lotie à 66 km de là. Et si près, le dépaysement est déjà au rendez-vous. Un dépaysement qui va crescendo, au gré des virages qui dessinent des courbes et des contre-courbes dans la vallée égrainée de villages berbères. Toutes les couleurs de palettes sont là : le bleu de l’oued, le vert de son îlot de verdure rafraîchissant, le rouge et l’ocre de la terre et de la roche : un peintre s’y perdrait.

 

En allant vers Imlil
En allant vers Imlil

Au-delà de Tahanaout, la route fait profil bas pour s’engouffrer au pied des montagnes dressées comme des bastions naturels. Un air incroyablement pur envahit les poumons et réjouit les mines blafardes. Quelques virages plus loin, Imlil marque la fin de la route. Nous sommes aux portes du Parc national du Toubkal, à 1 740 mètres d’altitude. La silhouette du Mont Toubkal se précise.

Le Toubkal ? Oui, mais pas que !

Imlil est le point de passage obligé des randonneurs qui souhaitent en découdre avec le Jbel Toubkal. Conséquence ? Berbères et randonneurs de tous pays s’y retrouvent au pied du cirque de montagnes qui déploie ses cimes vertigineuses comme autant de promesses d’aventures et de challenges enivrants. Pas la peine pour autant d’être un alpiniste chevronné pour poser ses valises ici. Car oui, on peut venir à Imlil sans forcément avoir pour objectif de gravir le plus haut sommet d’Afrique du Nord. Voyageurs en quête de tranquillité et de nature trouvent leur compte dans le hameau berbère baigné de végétation. S’il n’y pas grand-chose dans le village hormis une boulangerie, un bureau de guides, une poignée d’épicerie et plusieurs hébergements, l’atmosphère du village vaut le détour. Et c’est sans parler des randonnées à faire au départ d’Imlil.

 

Un déjeuner à la Kasbah du Toubkal... What else ?
Un déjeuner à la Kasbah du Toubkal... What else ?

On y vient pour…

On y vient pour s’offrir un grand bol d’air non loin de la ville rouge et pour se balader encerclé par les cimes majestueuses de l’Atlas. On y contemple une nature sur son 31 : bois de chênes, genévriers, noyers, mouflons et gazelles abondent dans la région. On emplit ses oreilles du tumulte de l’eau qui cascade dans la vallée irriguant au passage cultures en terrasses et champs recouverts de vergers et d’arbres fruitiers. On y déjeune, à la fraîche, sous la silhouette imposante du maître des lieux : le Jbel Toubkal qui fait immanquablement parler de lui. On s’abandonne à la contemplation de la vie dans la vallée ou les berbères vivent immuablement au rythme des saisons.

 

Une promenade autour d'Imlil
Une promenade autour d'Imlil

On s’aventure le long des sentiers muletiers de la vallée verdoyante d’Azzaden ou d’Ait Mizane. On comprend que l’hospitalité berbère n’est pas un vain mot. On admire les contrastes de la végétation et de la roche, particulièrement saisissants sur les hauteurs d’Imlil. On prend de la hauteur sur les tizi (cols en berbère) du coin : le tizi n’Mzik (2488 mètres) ou le tizi n’Tamatert (2280 mètres). On n’oublie pas de faire un crochet vers le village d’Aremd (1810 mètres), le plus haut village de la vallée du Toubkal.

 

blog-maroc-imlil-aremd
Le village d'Aremd, loti au pied de la vallée du Toubkal

On médite enfin sur une kasbah aux faux-airs de Tibet qui prêta jadis son décor au film Kundun de Martin Scorcese (1997). Puis, on salue une dernière fois l’Everest marocain, en se disant qu’on y reviendrait bien à Imlil pour entreprendre la traversée du Haut-Atlas ou l’ascension du Jbel Ouanoukrim.

 

  • Infos pratiques
  • Y aller : depuis Marrakech : 65 km (compter 1h20 de route).
  • Meilleure période pour un trek : d’avril à octobre. Prudence de mise en hiver à cause des conditions neigeuses.
  • Deux films à voir avant d’y aller : Kundun (Martin Scorcese - 1997) et Sur le chemin de l’école (Pascal Plisson – 2013)
© photo principale : Laurie Arnauné © photos article de haut en bas : Kasbah du Toubkal, Kasbah du Toubkal, Laurie Arnauné