La Mosquée Hassan II

Je suis un ouvrage de béton armé habillé de motifs décoratifs s’inscrivant dans la plus pure tradition islamique. Je suis érigée sur une plateforme surplombant l’Océan Atlantique sur la Corniche de Casablanca… Je suis grande, très grande… Je suis un mastodonte… Je suis ? Je suis ? Je suis ?... La mosquée Hassan II de Casablanca bien-sûr !

La mosquée Hassan II en chiffres

Commençons la visite par quelques chiffres… Histoire de vous donner le vertige… Car le vertige, c’est un peu la sensation que l’on ressent lorsqu’on se trouve au pied (c’est le cas de le dire) du mastodonte.

Au rayon dimensions :
Superficie : 9 hectares.
Hauteur : 200 mètres.
Capacité d’accueil indoor : 25 000 fidèles (salle de prière).
Capacité d’accueil outdoor : 80 000 fidèles (esplanade).
Ouvrage : 7 années (de juillet 1986 à août 1993) soit 50 millions d’heures de travail.
Contribution : Pas moins de 35 000 ouvriers et artisans ont été recrutés dans toute les villes et les campagnes du Royaume pour travailler sous la houlette de l’architecte français Michel Pinseau (1925-1999) et du maître d’œuvre Bouygues.
Titre : La mosquée Hassan II serait la troisième plus grande mosquée au monde (après La Mecque et Médine).
Coût : 1 à 2 milliards de $.
Guiness Record : Le minaret de la mosquée Hassan II serait le plus haut minaret du monde (2 fois la hauteur de Notre-Dame de Paris).

Sentiment de vertige au bas du minaret de la mosquée Hassan II
Sentiment de vertige au bas du minaret de la mosquée Hassan II

Au rayon High-Tech :
Un toit rétractable de 2 400 m² et de 110 tonnes qui peut s’ouvrir en 5 minutes.
Un rayon laser d’une portée de 30 kilomètres qui indique la direction de la Mecque.
18 portes extérieures en titane à ouverture verticale.
♦ Un système de chauffage par le sol.
Une édification à 2/3 sur la mer rendue possible grâce à une fondation de pilotis en béton et d’un mur anti-houle.
♦ Des tuiles en aluminium qui allègent la toiture de 65%.
♦ Un minaret pourvu d’un ascenseur qui atteint le sommet en moins d’une minute.
♦ Une armature antisismique capable de résister aux séismes les plus forts.
♦ Une grue de 210 mètres de hauteur a été construite spécialement pour la construction du minaret.

Visite outdoor

La Mosquée Hassan II Outdoor
La Mosquée Hassan II Outdoor

Il y a deux choses qui subjuguent immédiatement le regard lorsqu’on se trouve au pied de la Mosquée Hassan II. Son minaret d’abord vous colle d’emblée le vertige… Le jamour (les 3 boules au-dessus du minaret) qui culmine à 210 mètres de hauteur ferait du minaret de la mosquée Hassan II le plus haut minaret du monde... Un rêve de muezzin qui place l’appel à la prière au plus près du ciel !

La deuxième chose qui accroche l’œil (à condition de prendre un peu de distance) est la situation de la mosquée elle-même. Posée, tel un phare (toute proportion gardée) au-dessus de l’Océan Atlantique, elle est tournée face contre mer vers la métropole casablancaise. Cette position serait d’ailleurs inspirée d’un verset du Coran qui stipule que « le trône de Dieu était sur les eaux ». Et le moins qu’on puisse dire est que la métaphore architecturale est réussie.

En s’approchant du monument, on est littéralement saisis par la finesse de l’ornementation. Zelliges polychromes, compositions géométriques, plâtres ciselés constellent le moindre centimètre carré de surface.

L’ambiance sereine du parvis, elle, invite à la paresse… Des groupes d’hommes lézardent sur l’esplanade, des femmes méditent sous les arcades, des enfants courent derrière les oiseaux. Et la lumière, nimbée de vapeur d’eau corrobore l’ensemble, aussi monumental soit-il, d’une impression d’irréalité. Comme si la Mosquée se détachait du monde du réel pour s’en aller défier le large et le ciel, qui ne sont autres que les représentations d’Allah… Réelle pourtant, elle l’est… Preuve en visite et en images…

Visite Indoor

Dans la grande mosquée Hassan II de Casablanca
Dans la grande mosquée Hassan II de Casablanca

Après avoir soigneusement emballé mes chaussures dans un sac en plastique, c’est en chaussette que je foule les marbres de la grande salle de prière. Devant moi s’étend un parterre de marbre éclatant, étalé de tout son long sous les colonnes de granit ornées d’arcs sculptés. Derrière moi le mihrab en marbre de Carrare indique la direction de la Mecque. Au-dessus de ma tête, une mezzanine de 3 500 m2 permet aux femmes de suivre le prêche sans être vues grâce à un ingénieux écran de moucharabiehs. Encore plus haut, le plafond de la nef centrale m’écrase littéralement de ses multiples détails ornementaux qui se reflètent sur un parterre de marbre à la brillance inouïe. À croire que 30 000 femmes de ménages ont aussi été mobilisées pour l’entretien du sol…

Si les marbres me laissent d’abord de glace, les détails accrochés sur le moindre centimètre carré de surface forcent mon admiration. Du minbar en acajou incrusté d’ivoire aux 78 piliers de granit en passant par les murs, tout n’est que plâtres ciselés à la main, bois de cèdre polychrome, arabesques calligraphiées et motifs floraux et géométriques. Le guide en rajoute une couche, relatant fièrement les chiffres inhérents à la décoration de la mosquée. Evocateurs de sa splendeur et de sa démesure, les 50 lustres en cristal de Murano qui éclairent la salle des prières. Précisons qu’ils n’ont rien à voir avec les lustres du salon de mamie... Et pour cause, les lustres de la mosquée Hassan II mesurent 5 à 10 mètres de hauteur et pèsent le modique poids de 600 à 1200 kg. On a même pensé à un système de descente électrique pour pouvoir « faire les lustres » !

La visite se poursuit dans les sous-sols ou sont abrités la salle des ablutions, les hammams et les bains turcs. Ici on imagine sans mal les fidèles évoluant dans les vapeurs d’eau pour assouvir leur quête de purification du corps et de l’esprit. Bien-sûr, au rayon « déco » tout y est… Zelliges, fontaines, vasques en forme de lotus et murs enduits de tadelakt incarnent à merveille le savoir-faire des artisans marocains.

Bains turcs dans la Mosquée Hassan II de Casablanca
Bains turcs dans la Mosquée Hassan II de Casablanca

Les dessous de la mosquée

Au rayon des sujets qui fâchent, il semblerait que la grande mosquée Hassan II accuse des signes de vieillissement précoce. Principale accusée ? La grande bleue, qui expose la mosquée de plein fouet aux effets de la houle et des marées de l’Atlantique. On regrette d’ailleurs de ne pouvoir accéder au côté de l’esplanade surplombant la mer... Mais pas autant que les Marocains, qui ont participé financièrement à la construction de « leur » mosquée via un prélèvement obligatoire.  Pour autant, les rumeurs sur l’effondrement de l’édifice ont été démenties depuis que d’importants et couteux travaux de renforcement ont été entrepris pour consolider une dalle de l’esplanade qui menaçait de s’effondrer. Avec une ardoise qui se chiffre en millions de Dirhams, on peut dire qu’Hassan II a réussi le pari de marquer l’histoire marocaine de sa mémoire. Rappelons à ce sujet que le souverain souhaitait accomplir « un acte d’amour pour Casablanca » qui, selon lui, était « une ville sans rayonnement spirituel ».

Hamdoulilah (Grâce à Dieu), la donne a changé et le rêve de pierre voulu par Hassan II s’inscrit désormais dans un paysage urbain en pleine métamorphose. Il est à noter que le complexe de la mosquée comprend, outre la salle de prière et les bains, une école coranique (madrasa), une bibliothèque et un musée. La mosquée Hassan II est, enfin, une des rares mosquées marocaine à être ouverte aux non-musulmans : raison de plus pour ne surtout pas rater sa visite !

Informations pratiques
Y aller
Sur la corniche de Casablanca… Impossible de la louper !
Horaires des visites guidées
Du samedi au jeudi : 4 visites par jour (09h00 - 10h00 - 11h00 - 14h00)
Le vendredi : 2 visites par jour (09h00 - 14h00)
Changements d’horaires à prévoir à l’occasion du mois de Ramadan et des fêtes religieuses.
Tarifs des visites guidées
Adultes : 120 MAD
Marocains et résidents étrangers : 60 MAD
Une tenue correcte est exigée. 

photo principale : Laurie Arnauné © photos article de haut en bas : Laurie Arnauné