Le désert pour débrancher ?

Et si vivre sans smartphone, sans objet connecté et sans wifi le temps d’un Break Digital dans le désert marocain était bénéfique ? C’est la question à laquelle ont essayé de répondre 35 chefs d’entreprise ultra-connectés invités à expérimenter une detox digitale en plein milieu du désert marocain. Les conclusions de cette expérience ont confirmé ce qu’intuitivement beaucoup de consciences ressentent : les connexions dans le désert marocain sont excellentes… et attention, je ne parle pas là des connexions à la Wifi !

Cure de Detox Digitale dans le désert marocain

Nouveau Tweet. Nouveau mail. Nouvelle alerte. Nouvelle notification. Nouveau commentaire. Nouveau message… Le trop plein numérique a envahi notre quotidien au point de créer chez bon nombre d’usagers une réelle addiction. Pour autant, ce désir de tout savoir, sur tout et tout de suite a engendré peu d’études sur le sujet de ces comportements addictifs. C’est pour répondre à la question de l’impact des nouvelles technologies sur les comportements humains que Kate Unsworth, une jeune entrepreneuse américaine a eu l’idée d’organiser une cure de Detox Digitale en plein milieu du désert marocain. Son entreprise de bijoux de désintoxication numérique connectés à Bluetooth a invité 35 PDG ultra-connectés à un Break Digital au cœur des dunes marocaines. L’idée ? Donner l’occasion à 5 neuroscientifiques d’étudier les comportements de ces homo connecticus dans deux contextes : branchés et non branchés. Le premier jour s’est déroulé dans un hôtel haut de gamme ou les participants avaient un accès illimité à la Wi-Fi. Puis, durant les 4 jours suivants, les cobayes ont déposés leurs armes numériques. Après les adieux aux tablettes, aux ordinateurs, aux smartphones et aux réseaux WiFi, les neuroscientifiques ont eu tout le loisir de décrypter les comportements on-line et off-line des 35 PDG…  Et le moins qu’on puisse dire est que les résultats de leurs observations sont stupéfiants. D’abord, ô miracle, les 35 chefs d’entreprise s’en sont tous sortis vivants ! Mieux, la conclusion révèle que ce Break Digital aurait littéralement changé la vie de bon nombre d’entre eux. Explications.

Marcher en pleine conscience dans les sables du désert marocain
Marcher en pleine conscience dans les sables du désert marocain

Se tenir droit, dormir mieux, communiquer en profondeur…

Les conclusions des neuroscientifiques sur l’expérience de Kovert Designs sont unanimes. «Ça paraît exagéré de dire cela, mais beaucoup de nos invités ont dit qu’il s’agissait d’une expérience de vie bouleversante affirme Kate Unsworth, CEO de Kovert Designs. Lisez-plutôt !

Amélioration de la posture

La posture des 35 chefs d’entreprise avait sensiblement évolué. La colonne vertébrale, la position des épaules et de la tête étaient en alignement avec le corps. Et pour cause : ils n’avaient plus à se pencher sur leur smartphone ou leur ordinateur. In fine, ils dégageaient une plus grande accessibilité lorsqu’ils rentraient dans une pièce par exemple.

Contact visuel yeux dans les yeux

Même constat à propos du contact visuel davantage recherché lors de la période de sevrage. Ce contact visuel encourageait les gens à communiquer yeux dans les yeux là où, durant la première phase d’expérimentation, le regard avait davantage tendance à converger… vers l’écran tactile.

Conversations plus profondes

Les neuroscientifiques remarquaient que les conversations entre les individus étaient plus profondes et intimes… Sans doute parce que le fait de ne plus recourir mécaniquement à Google leur permettait de réfléchir davantage avec leurs cerveaux, leurs intuitions et leurs ressentis.

Mémoire activée

Des informations habituellement négligées comme par exemple le nom d’un parent éloigné étaient stockées et enregistrées par le cerveau en pleine conscience au moment de la communication. 

Meilleure qualité de sommeil

Les participants déclaraient que la qualité de leur sommeil était améliorée. Ceci étant notamment dû au fait que la lumière du jour avait pris le dessus sur la lumière des écrans.

Changement de vie

Une des conclusions les plus puissantes de cette étude révèle que les participants étaient plus enclins à prendre des décisions importantes dans leur vie off line : changements de carrière, de relations, transformation intérieure. Beaucoup ont pensé que cette expérience avait changé leur vie !

Les paysages dunaires de Merzouga
Les paysages dunaires de Merzouga

Conclusions

On ignore bien sûr si ces chefs d’entreprise métamorphosés ont succombé à la tentation de la 4G une fois de retour au bercail. Mais nous sommes en revanche sûrs d’une chose : la déconnexion ça fait du bien… et encore plus quand elle a lieu dans l’immensité du désert marocain. Dans le fond, cet article ne fait que corroborer ce que beaucoup savent intuitivement. Que l’on soit hyper connecté ou littéralement addict (Google sait si la frontière entre les deux concepts est mince), la solution n’est pas à chercher sur l’écran tactile mais plutôt au fond de nous-mêmes… Là où le besoin de se remettre à la cadence de la vie elle-même nous appelle à limiter le temps passé avec nos joujoux digitaux. Randonner, méditer et s’asseoir au milieu du désert… Entendre le tweet du vent et des oiseaux… Voir les ondes des particules de sable danser en osmose avec les rayons du soleil. Vivre un moment de convivialité et de partage autour du feu crépitant. Faire, enfin, rayonner l’instant présent à l’unisson des 1001 étoiles qui scintillent dans le ciel… Et si le luxe c’était ça finalement ? Se reconnecter à la nature, à soi, aux autres, retrouver le temps perdu et le plaisir de vivre déconnecté à la wifi… et reconnecté à la vie ?

© photo principale : Laurie Arnauné © photos article de haut en bas : Laurie Arnauné