Le Jardin des Arts à Marrakech

L’art et la culture, s’ils existent bel et bien au Maroc sont peu visibles… Expositions, centres culturels, théâtres, concerts, cinémas : l’offre demeure pauvre et difficile d’accès pour le citoyen lambda. La communauté artistique marocaine serait-elle muette ? Nouvelle preuve que non avec le Jardin des Arts de Marrakech. Non seulement les artistes marocains ont beaucoup de choses à dire mais en plus elles sont intéressantes. Encore faut-il leur donner les moyens d’exprimer leur talent qui ne demande qu’à être reconnu, soutenu et connu de tous. Le Jardin des Arts de Marrakech est justement là pour repousser un peu plus loin le désert géographique mais aussi culturel. Découverte.

En plein centre de Marrakech...

C’était un square laissé à l’abandon, « un coupe gorge», « un urinoir » selon certains… Mais ça c’était avant. Le square mal éclairé et peu sécurisé du rond-point Berdaï a depuis laissé place à un jardin ou des œuvres sculpturales s’expriment à ciel ouvert, en plein centre de Marrakech.

Le jardin des Arts est né de l’imagination du peintre, écrivain et sculpteur Mahi Binebine. Sensible aux problèmes environnementaux, l’enfant de la médina se demande, à l’approche de la COP22, comment mettre le talent des artistes à contribution de l’événement. Il mobilise alors 13 artistes avant de partir à la recherche de sponsors. La wilaya et le maire de Marrakech, emballés par l’idée, offrent aux artistes le square délaissé du rond-point Bardaï. Charge aux artistes et aux paysagistes de donner vie à leur rêve de jardin sculptural.

Trois mois plus tard, le Jardin des Arts est né. Fruit d’une collaboration avec l’agence BDA, le Jardin des Arts a mobilisé par moins de 22 artistes en lien avec le continent africain. Entre les bancs, les palmiers, la végétation et les chemins de promenade jaillissent 13 œuvres sculpturales ayant pour fil conducteur les problématiques environnementales et écologiques.

Les 22 artistes ayant œuvré aux sculptures monumentales du Jardins des Arts de Marrakech sont :

Karim Alaoui, Yasmina Alaoui, Florence Arnold, Soukaina Aziz el Idrissi, Hicham Benohoud, Mahi Binebine, Hassan Bourkia, Hassan Darsi, Jean-François Fourtout, Marco Guerra, Bouchaib Habbouli, Hassan Hajjaj, Ahmed Hajjoubi, Ikram Kabbaj, Mohamed Melehi, Mohamed Mourabiti, Abdelkrim Ouazzani, Nicola Salvatore, Abdeljalil Saouli, Abdelhafiz Takorait, Abderrahim Yamou et Fatiha Zemmouri.

... Des œuvres sculpturales défendent la cause environnementale

Sofa de caisses recyclés, labyrinthe de déchets en plastique, goutte d’eau en marbre et globe terrestre en roues de vélos interpellent inéluctablement les consciences et aimantent les curieux. Les œuvres nous parlent du rapport de l’homme à la nature et par là même de notre propre rapport à la planète. On en oublie, le temps d’une promenade, le bourdonnement de la circulation qui gronde à deux pas.

Il ne faut pas s’attendre à un grand jardin, à l’instar du Cyber Park Jardin Arsat Moulay Abdessalam qui étale sa végétation « cyber-connectée » à quelques encablures. S’il ressemble davantage à un square, le Jardin des Arts suffit néanmoins à faire (brièvement) connaissance avec les œuvres des artistes marocains. Puissent toutes les villes et les jardins du Royaume suivre son exemple !

Hassan Hajjaj, « Marhaba », 2016 au Jardin des Arts de Marrakech
Mohamed Melehi, « Signal CO2 », 2016 au Jardin des Arts de Marrakech
Association Massar pour la culture et l’art, 3 artistes : Rachid Assiraj, Doha Safraoui, Ayoub Matia, « Globe terrestre », 2016 au Jardin des Arts de Marrakech
Soukaïna Aziz El Idrissi, « Labyrinthe », 2016 au Jardin des Arts de Marrakech
Mahi Binebine, « Touche pas à mon globe », 2016 au Jardin des Arts de Marrakech
Mohamed Mourabiti, sans titre, 2016 au Jardin des Arts de Marrakech
Yasmina Alaoui, sans titre, 2016 au Jardin des Arts de Marrakech
Karim Alaoui, « Med et Mouss » et Fatiha Zemmouri, « Matrice », 2016 au Jardin des Arts de Marrakech
Association Massar pour la culture et l’art, 3 artistes : Rachid Assiraj, Doha Safraoui, Ayoub Matia, « Globe terrestre », 2016 au Jardin des Arts de Marrakech
  • Y aller :
  • Avenue Mohammed V, en face du rond-point Berdaï, quartier Guéliz, Marrakech.
© photo principale : Laurie Arnauné © photos article de haut en bas : Laurie Arnauné