On met les voiles vers Moulay Bouzerktoun

Moulay Bouzerktoun : ce nom ne dit pas grand-chose à grande monde… Et pourtant, ce village côtier, loti à 25 km au nord d’Essaouira fait l’objet d’un décoiffant ou paisible break (au choix !) pour celles et ceux en quête d'idées d’échappées autour de la cité des alizés. On met les voiles direction Moulay Bouzerktoun !

Le paradis du windsurf

Les windsurfeurs du monde entier connaissent Moulay Bouzerktoun pour son alizé du Nord-Est nommé « Charki » dont le souffle redouble d’intensité de mars à septembre. On dit d’ailleurs qu’il y souffle plus fort que dans la baie d’Essaouira, et ce, tout au long de l’année, mais j’dis ça, j’dis rien…

Le petit village côtier est bien planqué, en contrebas d’une falaise peuplée de thuyas. Quand on arrive ici on a l’impression de toucher au bout du monde… Sensation corroborée par la quiétude du lieu et les déferlantes des vagues qui nous inondent instantanément d’un sentiment complet d’abandon de nous-même.

Le village, surplombé par un marabout blanc et une mosquée, se limite à une ruelle jonchée d’échoppes de windsurf, de petites auberges, de maisons de pêcheurs et de locations de logement chez l’habitant. Un peu plus loin, les campements sauvages et les vans volkswagen sont dans la place… On comprend vite qu’à Moulay Bouzerktoun, c’est le souffle d'Eole qui fait tourner l’économie locale.

Contrairement à Essaouira, il n’y a rien d’homogène dans les constructions du village, absence de loi Littoral oblige ! Mais nous sommes malgré tout charmés… Charmés par l’ambiance roots de l’endroit, par la plage sauvage lovée tout au bout de la ruelle, par la compagnie d’Eole et des habitants du village : enfants, windsurfeurs, chèvres, vaches et meutes de chiens confondus (ça change des hordes de touristes visibles à Essaouira en temps de festival). Nous sommes charmés, enfin, par l’atmosphère cosmopolite du lieu. À Moulay Bouzerktoun, ça parle darija, français, allemand, espagnol et surtout anglais (avec accent américain, australien ou canadien)…

Découvert par les windsurfeurs au milieu des années 1980, Moulay Bouzerktoun accueille des compétitions d’envergure mondiale (Championnat du monde de Windsurf, Winsurf Trilogy, Windsurf Challenge, Wave Classic, American Windsurf Tour…). Vous êtes soit dit en passant dans le homespot de Boujemaâ Guilloul : un grand nom du windsurf !

S'offrir un bain de lumière et d'iode sur la plage sauvage de Moulay Bouzerktoun

5 raisons de venir à Moulay Bouzerktoun

S’initier au windsurf et/ou perfectionner ses voltiges, jumps et autres figures de riders dont les noms échappent aux non-spécialistes (moi !).

Lorsque le vent cesse de souffler (ce qui est plutôt rare) : troquer la planche de windsurf contre une planche de surf ou un Stand Up Paddle.

Se poser sur la terrasse de Lawama à l’heure du thé (ou de l’apéro) : un must pour observer le balais des windsurfeurs et de la houle qui soulève de magnifiques vagues !

S’offrir un bain de lumière, d’iode vivifiant et de dépaysement, tout simplement.

Célébrer les saints lors du Moussem des Regraga (au mois d’avril).

Impression de bout du monde sur la plage sauvage de Moulay Bouzerktoun

 

La terrasse de Lawama, perchée sur la falaise offre une vue imprenable sur l'océan Atlantique et le ballet des windsurfs
Street art dans le village de Moulay Bouzerktoun
Comment se rendre à Moulay Bouzerktoun ?
  • Depuis Essaouira, prendre la route en direction de Safi puis tourner à gauche direction Moulay Bouzerktoun. Il faut compter 30 minutes pour rejoindre Moulay Bouzerktoun depuis Essaouira.
© photo principale : Laurie Arnauné © photos article de haut en bas : Laurie Arnauné, Laurie Arnauné, Laurie Arnauné/Lawama, Laurie Arnauné