Planté de bâton à l’Oukaïmeden

Une séance de ski au Maroc ? Avouez que c’est peu banal… Mais possible et même recommandé ! Prescription ? Un saut à l’Oukaïmeden ou vous attend la plus haute station de ski d’Afrique. Poudreuse naturelle, ensoleillement optimal et pistes multicolores : tout y est (ou presque) pour un planté de bâton mémorable au cœur de l’Atlas !

Au cœur du Haut-Atlas

Une bonne heure de route suffit à rallier l’Oukaïmeden depuis les palmiers de Marrakech, lotie à 74 kilomètres de là. Le domaine, étendu entre 2 600 mètres et 3 270 mètres d’altitude abrite un site habité depuis des temps préhistoriques. L’hiver venu, archéologues et amateurs de gravures rupestres cèdent la place aux skieurs et autres riders en quête de poudreuse et de sensation d’ivresse.

La montée vers la station de ski à partir de la route de l’Ourika vaut à elle-seule le détour. Vallées verdoyantes égrainées de villages berbères perchés à flanc de montagne renouvellent le plaisir de la route à chaque virage (et Allah sait s’il y en a !). On comprend vite pourquoi l’Oukaïmeden, dans sa version estivale est connu pour être une plaque tournante des circuits sportifs.

Sur la route de l'Oukaimeden
Sur la route de l'Oukaimeden

Amoureux de treks, d’alpinisme, de vol libre, d’escalade, d’ornithologie et de pêche à la carpe se réconcilient ici. Pour ceux qui souhaitent en découdre avec la Haute-Montagne, le Toubkal n’est qu’à deux pasou plus exactement deux jours de marche. C’est sans parler du Jbel Ngour (3 614 mètres), du Jbel Attar (3 258 mètres) et bien-sûr du Jbel Oukaïmeden (3 273 mètres) qui déploient leurs silhouettes autour de la station de ski. L’arrivée sur le plateau de l’Oukaïmeden – l’Ouka pour les intimes - vous propulse dans une station de ski aux antipodes des cartes postales d’Avoriaz … mais aussi du Maroc !

La plus haute station de ski d’Afrique

Point de domaines interconnectés, de grandes constructions de béton, de canons à neige ou de half-pipes à l’Ouka… L’Oukaïmeden, ce n’est pas les Trois Vallées ! Explorée dans les années 30 par le Club Alpin Français qui y plante le premier refuge, la station s’ouvre lentement au tourisme au début des années 60 grâce à la nouvelle route. Elle connaît son heure de gloire dans les années 70 : hôtels, auberges, remontées mécaniques, restaurants, dancings : tout y est pour les sportifs et les bons vivants. Remise au goût du jour par les aficionados de glisse atypique, l’Oukaïmeden, qui peut se targuer d’être la station de ski la mieux équipée du Royaume, n’en est pas moins restée dans son jus.

On y vient pour skier, bien-sûr, mais aussi plus simplement pour humer l’air pur de l’Atlas et profiter des joies de la neige à une petite heure de la ville ocre. Si certains ne jurent que par le développement des infrastructures dont elle fait l’objet, d’autres ne changeraient pour rien au monde l’ambiance sportive, familiale et authentique de la mythique station de ski marocaine.

Un téléski à l'Oukaimeden
Un téléski à l'Oukaimeden

Au menu des amateurs de glisse ? Un domaine skiable de 300 hectares constellé d’une vingtaine de pistes : 3 vertes, 4 bleues, 8 rouges et 3 noires. Aux 6 téléskis (tire-fesses) au fonctionnement variable (comprendre : selon l’humeur des gestionnaires de la station), il faut rajouter l’unique télésiège de la station qui vous emmène flirter avec les géants de l’Atlas à 3260 mètres d’altitude.

Évidemment, un télésiège, c’est peu… Mais c’est sans parler du relais des muletiers, qui moyennant quelques dirhams (et d’ardues négociations) vous mènent là où les espaces vierges font de l’œil aux riders et autres amateurs de hors-pistes. Le luxe ultime ? Une dépose en hélicoptère depuis Marrakech (ou un camp de base de l’Atlas). Objectif ? Atteindre des sommets (de plaisir) en déflorant les plus beaux champs de poudreuse de l’Atlas. Free-ride d’anthologie 100% garanti !

Une station de ski "à la marocaine"

Courchevel n'est pas réservé aux Alpes : la preuve en image !
Courchevel n'est pas réservé aux Alpes : la preuve en image !

Les nostalgiques des stations françaises des années 60/70 lui trouveront peut-être des airs de paradis (blanc). Et pour cause, pour le voyageur venu d’ailleurs, l’Oukaïmeden est un concentré d’authenticité, d’équipements faits maison et de détails insolites qui confèrent tout son charme à la station. Au pied des pistes, les vendeurs ambulants venus des douars environnants alpaguent les passants. Équipements de ski, snowboards, bâtons, gants, bonnets, lunettes : tout y est… mais à la mode vintage s’il vous plaît ! À moins que vous convoitiez le dernier modèle de ski parabolique , il est impossible de ne pas trouver après-ski à vos pieds par ici...

Inutile de chercher le bar à vin chaud au pied des pistes ! À l’Ouka, ils sont remplacés par les stands à jus d’orange pressé et autres boubouche (escargots au bouillon). Les transactions de miel, de fruits, d’amandes, de cacahuètes et de thé à l’absinthe fumant vont bon train sur le bas-côté de la route tapie au pied des pistes. Les villageois, habillés de djellabas épaisses ou de doudounes vintage (ou les deux) installent la marchandise sur des charrettes ou dans le coffre grand-ouvert de leurs véhicules… À croire que les souks de Marrakech ont ouvert une annexe ici, au pied des pistes de l’Oukaïmeden.

Ambiance au pied des pistes
Ambiance au pied des pistes

Devant l’unique télésiège de la station, ça se bouscule… Skieurs équipés, midinettes à chaussures à talons, en hijab voir en niqab attendent d’aller voir là-haut si la vue est plus belle. Assurément, elle l’est. Certains prétendent même qu’on y devine le désert de Ouarzazate par temps clair. Mais faute d’équipement adéquat, beaucoup font demi-tour en bas des pistes où l’air est plus clément. Ici, au pied de la station, les mini-kids sont à la fête. Et pour cause, la station n’est peut-être pas labellisée « Famille Plus » mais elle pense aux tribus ! Loueurs de luges d'un autre âge attendent les petits et les grands enfants pour des parties de glissades rigolardes. Pour quelques dirhams, les plus petits sont promenés par des loueurs d’insolites voitures miniatures montées sur des skis et reliés à une corde.

Le kid's club version Oukaimeden
Le kid's club version Oukaimeden

Vous ne voulez pas faire du ski ou de luge ? Essayez une promenade à dos d’âne, corroborée de selfies ébouriffants… À mois que ? Un thé à l’absinthe ? Ou, ô bonheur suprême : le plaisir d’un tagine fumant au pied des pistes ! Pour ce faire, rendez-vous sur la place principale de la station, repérable à l’odeur des grillades fumantes et aux terrasses bordées de restaurants comme des dînettes de poche. Les nostalgiques de la Haute-Savoie peuvent toujours se rabattre sur l’auberge Chez Juju. Tartiflettes au lard fumé, raclettes et vin chaud se dégustent sur la terrasse ensoleillée (réservation conseillée en saison), ou dans la salle au parti-pris rustique, au coin du poêle… Et c’est bon comme là-bas !

Infos pratiques

Y aller depuis Marrakech : Prendre la route de l’Ourika puis celle de l’Oukaïmeden, praticable en voiture de tourisme.
Enneigement : de mi-décembre à mi-mars avec des variations annuelles.
Amateurs de tranquillité : évitez les dimanches et les vacances scolaires.
Tarifs forfaits : 100 dirhams (9 €) / jour (moins cher que gratuit !).
Tarifs cours de ski : Consulter les moniteurs agrées par la FRMSM (Fédération Royale Marocaine de Ski et de Montagne)… à ne pas confondre avec les pseudos-moniteurs FRMSM.
Location de matériel : Boutique Univers Glisse pour du matos de qualité (compter 140 à 170 dirhams / jour). Sinon équipements de location en bas des pistes (tarifs selon aptitudes à la négociation). 

 © photo principale : Laurie Arnauné © photos article de haut en bas : Laurie Arnauné