Tanger, intemporelle et si belle

Elle a la beauté d'une vielle dame Tanger… L’allure ténébreuse et lumineuse que ses traits, parcheminés par l’usure du temps ne sont pas parvenus à effacer. Elle est oubliée Tanger… Quelques pages sur les guides, quelques mots dans les rubriques évasion des magazines, ni plus ni moins. Fès, Marrakech et Meknès, ses rivales a la beauté impériale lui font de l’ombre c’est sûr. Mais la belle tangéroise s’en moque. Elle ne cherche pas les éloges ni les louanges grandiloquentes. Non, elle est plutôt de celles qui les attisent naturellement, de celles qui se révèlent sans fard ni artifice à qui veut bien la regarder.

Les âmes nostalgiques, désireuses de toucher l’idylle du regard, feront fi de ses barres de béton sans joie, de ses murs flétris et de ses chantiers épars pour s’engouffrer dans les murs de sa médina. Tanger, celle-là même qui jadis fut immortalisée par Delacroix, Matisse et les Beatniks, tente aujourd’hui de se réinventer… La preuve en 10 expériences et autant de bonnes raisons de venir saluer la belle dame tangéroise.

Se perdre dans la médina de Tanger

On l’appelle Tanger « la blanche », pourtant les murs de sa médina ne manquent pas de couleurs. Abritée derrière ses remparts épais, la médina se savoure lors d’une déambulation tout en Up and Down sur les pas d’Ibn Battûta, l’illustre explorateur marocain. Ruelles étroites et escaliers abrupts invitent à jouer à cache-cache avec le panorama sur la baie de Tanger qui se laisse entrevoir ci et là, au détour d’une porte cachée ou d’une terrasse secrète… Ailleurs, tout n’est que balcons en fer forgé, portes ouvragées et scènes de vie tangéroises.

Dans la médina de Tanger
Dans la médina de Tanger

Remonter le temps au Dar el Makhzen

Lové au cœur de la kasbah, le palais Dar el Makhzen abrite l’ancien QG des pachas de la ville. Construit sous le règne du sultan Moulay Ismaïl, il repose sur les bases d’une ancienne forteresse portugaise. Les salles d’expositions, logées dans les anciens appartements, revisitent la longue histoire de la ville à travers une série de mosaïques romaines, de zelliges et de cartes détaillant les échanges commerciaux dans le bassin méditerranéen. Les chapiteaux du patio central mêlent sans complexe les styles doriques, ioniques et corinthiens. Ils eurent jadis le privilège d’assister à la rencontre de Delacroix avec le pacha de la ville.

Jouer les diplomates à l’ancienne légation américaine

Dans les méandres labyrinthiques de la médina de Tanger se cache la plus ancienne légation des États-Unis à l’étranger ! Le bâtiment, offert aux États-Unis par le sultan Moulay Slimane en 1821 abrita jadis un consulat puis une école de langue arabe dédiée aux diplomates américains. Transformée en musée depuis 1977, l’ancienne légation des États-Unis se parcourt au fil de son mobilier d’époque, de ses toiles orientalistes et des souvenirs de l’écrivain Paul Bowles… Une ambiance XIXe siècle improbable, bien planquée au cœur de la médina de Tanger.

Le Tanger des curieux
Le musée de la légation américaine : 8, rue d'Amérique, médina
Le musée Dar el Makhzen (ou musée Al Kasbah) : place de la kasbah
L’église anglicane Saint Andrew : rue d’Angleterre, proche Grand Socco

Parcourir les places du Grand Socco et du Petit Socco

Ah ! la place du Grand Socco ! Joseph Kessel n’a pas résisté à l’idée de lui consacrer un livre Au Grand Socco. Si la place s’est depuis offert une cure de lifting, les scènes de vie, chères à l’inspiration de l’auteur pullulent toujours dans ses marchés bigarrés. Femmes rifaines coiffées de fouta (chapeaux traditionnels), marchands d’épices, d’olives, de fruits et de poissons renversent les sens. Posez-vous sur l’une des terrasses de cafés, aussi mythiques qu’anachroniques, bordant le Petit Socco. Ici dorment les souvenirs des rencontres littéraires et des affaires sulfureuses de la cité. Le thé y a comme un goût de légende…

Au Petit Socco
Au Petit Socco

Dégoter des bouquins insolites dans des librairies mythiques*

Dans une ville ou tant de mythes littéraires ont pris corps, impossible de faire l’impasse sur ses prestigieuses librairies… Historique, la librairie des Colonnes conserve intacts les souvenirs de Samuel Beckett, Jack Kerouac, Marguerite Yourcenar et les autres… Le tout Tanger de l’art et de la littérature y convergeait… et y re-converge depuis qu’un certain Pierre Bergé lui a redonné ses lettres de noblesse. C’était en 2010. La librairie des Insolites est l’autre lieu de convergence incontournable de Tanger. Librairie, galerie, salle d’exposition, espace de rencontres littéraires, salon de thé… La librairie des Insolites est tout cela à la fois.

*Ou des bouquins mythiques dans des librairies insolites.

Le Tanger des libraires
La librairie des colonnes : 54, boulevard Pasteur
La librairie les insolites : 28, rue Khalid Ibn Oualid (ex-rue Vélasquez)

Rêver au café Hafa

Ses tables vétustes et dépareillées, ne laissent pas imaginer qu’il fut le repère de toute une génération d’artistes, de poètes et d’écrivains. Ses terrasses centenaires, cascadant de façon spectaculaire face à un détroit qui ne l’est pas moins, expliquent en partie l’origine du mythe. Paul Bowles, Jean Genet et Mohamed Choukri aimaient à y paresser. C’est que le bleu chagallien sublimé par le parfum délicat de la flore méditerranéenne y est pour le moins hypnotique…

Le Tanger des amateurs de thé
Café Baba (babos et légendaire) : 1, rue Sidi-Hosni, médina
Café Hafa (mythique) : la falaise, Marshan
Gran Café de Paris (mythique) : place de France
Café de la cinémathèque du Rif (culturel) : place du 9 avril 1947
Café Tingis et café Central (historiques et populaires) : Petit Socco
Kandinsky (branché) : 30, avenue Mohamed VI, Malabata

Un thé au café Hafa
Un thé au café Hafa

Célébrer les noces de la Méditerranée et de l’Atlantique

Deux caps célèbrent ce mariage maritime. Le Cap Malabata, à l’Est de Tanger prend le parti de la Méditerranée. Le Cap Spartel, tourné vers le soleil couchant est solidaire avec l’Atlantique. Entre les deux, la baie de Tanger et au-delà, l’horizon occidental déployé à portée de vue… ou de rêve… tout dépend ! Collines constellées de forêts de pins et de villas somptueuses égrainent la route menant au Cap Spartel. Plus bas, la plage d’Achakar étale son bandeau de sable. La Méditerranée est vaincue…

Chiner de bazars en concept stores

Lorsque l’artisanat traditionnel marocain s’unit avec les lignes du design contemporain, cela donne Las Chicas et son concept store, planté à deux pas de la porte de la kasbah. Depuis 2012, ces filles de Tanger, aussi inspirées qu’inspirantes mettent les créateurs marocains à l’honneur. Andy Walhoo, Rock da Kasbah, Little Bohemia ou Said Mahrouf donnent de nouveaux prétextes de Shopping. Côté fooding : salades healthy et bagels gourmands se dégustent sur la jolie terrasse ombragée. Trop contemporain ? Essayez le bazar Tindouf et son bric-à-brac version Ali Baba. Qui sait ? Le kilim de vos rêves se cache peut-être ici…

Le Tanger des chineurs
Las Chicas : 52 rue Kacem Guennoun, porte de la kasbah
Bazar Tindouf : 64, rue de la Liberté
Châbi Chic : 9, rue Al Mabara, Quartier Josafat
La Tribu des Ziri : 1 rue du Palmier, Petit Socco
Et bien sûr chez tous les artisans, antiquaires et commerçants de la médina !

Se régaler dans les gargotes populaires et les restaurants

On y accoure de tout le Maroc pour faire sa cure de poissons et de crustacés… Et pour cause, avec ses deux mers, Tanger a l’avantage de pouvoir jouer avec les saveurs de la Méditerranée ET de l’Atlantique. Résultat : des gargotes populaires aux restaurants chics, le poisson s’invite sur toutes les tables ! Fidèle à la tradition hispanique, Tanger, l’ancienne cité internationale, mêle avec brio l’héritage de la gastronomie espagnole aux saveurs du monde… Et c’est aussi pour cela qu’on l’aime !

Le Tanger des gourmets
Le Bistrot du Petit Socco (franco-marocain) : place du Petit Socco
Saveur de Poisson (populaire) : escalier Waller 2
Jawhara (resto de poissons populaire) : 15, rue Allal El Fassi, Charf
Le Salon Bleu (panoramique): restaurant Place de la kasbah
Anna e Paolo (italien) : avenue Lafayette angle Prince Héritier
Art & Gourmet (chic) : place du Grand Socco

Jouer les prolongations nocturnes

La bâtisse d'El Morocco Club sur les hauteurs de la médina de Tanger
La bâtisse d'El Morocco Club sur les hauteurs de la médina de Tanger

Envie d’apéroter ? Essayez El Morocco Club, perché tout en haut de la kasbah. Son objectif ? Faire revivre les grandes heures de folie de Tanger à coup cuisine gastronomique, de concerts live et de groove. Vous êtes plus d’humeur apéro-thé ? Invitez-vous chez les Fils du Détroit, sur la place de la Kasbah, dès 18 heures. La salle du salon de thé, comme un mouchoir de poche, vibre déjà au son de la musique arabo-andalouse prodiguée par ces enfants du talent. Si l’envie de jouer les prolongations nocturnes est encore là, vous pouvez encore vous encanailler dans l’un des nombreux clubs disséminés le long de la corniche de Tanger.

Le Tanger des noctambules
El Morocco Club (resto musical) : 1 Rue Kachla - Place du Tabor, la kasbah
La Fabrique (resto musical) : 7, rue d’Angleterre
Les fils du Détroit (musique traditionnelle) : Place de la kasbah
Club 555 (boîte de nuit) : Avenue Mohamed VI, sur la côte

© photo principale : Laurie Arnauné © photos article de haut en bas : Laurie Arnauné