Toubkal, mon premier 4 167 mètres

Le Maroc ? Oui, mais au dessus des nuages ! C’était une promesse que je m’étais faite le jour ou j’ai posé mes valises au Maroc… La chanson ne parlait pas d’Amérique mais des cimes de l’Atlas « Le Toubkal, le Toubkal, je veux l’avoir et je l’aurai »… 4 167 mètres plus tard, je laisse les souvenirs de ce trekking inoubliable aiguiser ma plume. Prêt(e)s pour flirter avec les sommets atlasiques ? Lisez-plutôt !
blog-maroc-haut-atlas-toubkal (3)

« Je l’ai fait » : un trek aux airs de challenge

Non, on ne part pas tutoyer les cimes de l’Atlas comme on négocie une paire de babouches au souk… Car s’il ne s’appelle pas l’Everest, le jbel Toubkal, peut se targuer d’être le plus haut sommet de l’Afrique du Nord ! Prescription pour partir à l’assaut de ses 4 167 mètres ? Une bonne dose de patience, d’humilité et d’efforts…
Au fil des jours, l’air se fait rare, l’effort s’intensifie et le superflu n’a plus d’importance. Dès l’aurore, vous saisissez votre bâton de pèlerin pour aller, toujours plus haut, communier avec le cœur battant de Dame Nature. Ainsi va le trek, pas à pas, jusqu’à son point ultime : un sommet de 4 167 mètres surmonté d’une pyramide métallique, où se prendre pour le roi du monde est possible.

Toubkette la mule est un allié précieux pour l'ascension du Toubkal.
Toubkette la mule est un allié précieux pour l'ascension du Toubkal.

À ce moment, votre vie se voit auréolée d’un point d’exclamation. Et pour cause, vous pouvez le dire à présent « je l’ai fait ! »… Même si dans le fond vous savez à quel point la formule est réductrice… Cette maxime de Nicolas Bouvier prend alors tout son sens « On croit qu'on va faire un voyage mais bientôt c'est le voyage qui vous fait ou vous défait ». Car ici, les pas ne servent pas seulement à avancer… Ils se profilent comme pour mieux repousser ses limites personnelles, ses résistances physiques et réaliser que « oui, c’est possible ! » et que oui, le monde des possibles est, à l’instar du monde, immensément grand !

Que la montagne est belle !

C’est dans le village d’Imlil, perché à 1 700 mètres, que commence l’aventure atlasique. 2 500 mètres de hauteur séparent votre tête de la bête qui semble déjà vous narguer du haut de ses 4 167 mètres… Ah l’insolent ! Mais vous n’avez pas dit votre dernier mot… Plus que 5 jours de marche et vous serez là-haut !

blog-maroc-haut-atlas-toubkal-vallee-verte
La première montée vous mène à travers des sentiers odorants, peuplés de genévriers. Plus haut, des terrasses recouvertes de vergers dessinent des vallées paisibles et rieuses bercées par le doux murmure des oueds et le vrombissement des cascades. Encore plus haut, place aux paysages bruts et aux dégradés de roches d’origine éruptives et magmatiques. Le sommet du Toubkal, coiffé de ses neiges éternelles se dévoile aux caresses du regard. Oublié le chant des tweets, le moteurs qui ronronnent et la salle de sport confinée… Ici, le lien avec Dame Nature est sans fard et sans artifice.

Dernière crête avant d'atteindre le sommet du Toubkal
Dernière crête avant d'atteindre le sommet du Toubkal

La dernière montée mène vos pas sur la silhouette pentue du jbel Toubkal. L’effort est dur, constant mais la majesté des panoramas vous propulse toujours plus haut à la verticale. Puis la célèbre pyramide métallique pointe enfin le bout de son triangle et vous y êtes ! Tous vos efforts sont récompensés lorsque les monts Sirwoua et Mgoun s’adonnent, sous vos yeux à un éternel duel de beauté. Aucun superlatif n’est assez fort pour décrire cet instant de béatitude. L’altitude, le froid et les kilomètres sont oubliés. Vous vibrez à l’unisson du langage des éléments qui s’expriment tout autour de vous… Oui, la montagne est belle !

Le jbel Toubkal en pratique
Itinéraires : La voie classique en 2 jours depuis Imlil fait beaucoup d’adeptes. Pour une approche à l’écart des foules et une adaptation à l’altitude en douceur, préférez une boucle de minimum 4 ou 5 jours. Un passage par le col d’Aguelzim (3500 mètres) est parfait pour l’échauffement. Je vous mets au défi d’arriver en haut de son sentier de 80 lacets sans détourner une fois votre regard sur la mule qui vous réserve une place des plus confortables pour partir à l’assaut du sommet.
Difficulté : 5-6 h de marche par jour pour les sportifs, 7-8 h pour les rouillés. Les dénivelés varient de 500 mètres à 1 000 mètres par jour selon les étapes.
Logistique : choisir un encadrement par une équipe de guides de montagne c’est :
– avoir les mains libres (votre sac à dos est acheminé à dos de mules)
– oublier la logistique de votre trek (crampons, accessoires de cuisine, ravitaillement, hébergements, etc.)
– se faire concocter de bons repas sur les terrasses naturelles improbables de l’Atlas
– monter sur le dos d’une mule lorsque la fatigue est trop intense
– approcher la culture berbère et la biodiversité du parc national du Toubkal
Alors ? Prêt(e)s pour aller planter votre drapeau tout là-haut ?


© photo principale : Laurie Arnaune ; © photos articles de haut en bas : Laurie Arnaune