Langue au chat… du Maroc !

Aujourd’hui, on donne la langue au chat… marocain ! Portrait, de chair et de poils des chats du Royaume que vous ne manquerez pas de croiser lors d'un voyage au Maroc.  

Au Maroc, les chats sont partout

Si les animaleries ne courent pas les rues du Maroc, les chats eux courent bien les rues du Maroc… Et pour cause, ils sont partout !

Infiltrés dans les monuments historiques, dans les arrière-cours des immeubles et des administrations publiques, les chats ont fait de la rue marocaine leur territoire. On les retrouve aux abords des souks alimentaires, des terrasses, des laiteries et des gargotes populaires ou ils guettent, l’œil vif et acéré, les moindres gestes de compassion des habitants... Au risque parfois de jouer au chat et à la souris avec les tenanciers des restaurants.

Certains chats prennent leurs habitudes sur les pas des portes qu’ils s’autorisent parfois à franchir. D’autres se dorent le poil au soleil, sur le capot des voitures ou dans les jardins publics... Une vie de pacha à faire pâlir de jalousie leurs cousins grassouillets d’Europe !

Souvent assistés, les chats marocains n’en demeurent pas moins de redoutables prédateurs qui mènent la vie dure aux rongeurs, aux mulots et autres souris des médinas. Rarement conviés dans la sphère privée, minous, matous et chatons marocains s’approprient allègrement l’espace public où ils mènent leur vie, seuls ou en meute, paisiblement... et parfois moins paisiblement. Cris, crachats, coups de griffes et courses poursuites : la vie des chats marocains n’est pas toujours un long fleuve tranquille…

Des chats partout… même sur mon balcon

S’ils font intrinsèquement partie du paysage, les chats du Maroc arrivent toujours à nous surprendre, à nous étonner… Un dimanche matin, la mine engluée par le weekend, j’ouvrais le rideau de la chambre et là TADAM… 3 petits chatons couvés par leur maman témoignaient du miracle de la vie dans un panier en osier égaré sur le balcon… Quel plus beau cadeau pouvaient-ils nous offrir que cet instant de grâce ?

Instant miaou émotion devant maman chat et ses 3 chatons
Instant miaou émotion devant maman chat et ses 3 chatons

Chats libres et chats errants

S’ils sont volontairement nourris, les chats marocains ne sont ni logés, ni blanchis, sauf rares exceptions. Au Maroc, comme dans la plupart des pays musulmans, les chats vivent, vous l’avez compris, en liberté, dans les rues. On ne les maltraite pas, pas plus qu’on ne les domestique. Les chats sont libres d’aller, de venir et de faire leur vie dans les quartiers.

Un bol de lait tendu par une main généreuse les attend probablement quelque-part, un foyer probablement moins. Car au Maroc, la domestication des chats ou des chiens, loin d’être inexistante n’est pas dans les mœurs. Un concept de riches et d’occidentaux ? Pas forcément. La nounou de mes enfants vit très loin d’Anfa Supérieur (quartier chic de Casa) et adopte volontiers des chats, des chiens et des tortues dans sa modeste demeure.

Quid des chats errants ? Les moins chanceux des chats traînent aux abords des poubelles et luttent pour leur survie quitte à en venir aux armes, ou plus exactement aux griffes. On reconnaît ces chats à leur maigreur patente, à leur poil amoché et à leurs yeux maladifs. Ils ne manquent pas de nous rappeler que dans le royaume des chats comme dans celui des humains, on n’est pas tous nés sous la même étoile.

Mais revenons à nos félins marocains… Si les chats courent plus dans les rues que dans les foyers, comment expliquer qu’il y en ait autant me direz-vous ? L’explication pourrait être d’origine religieuse…

Un chat qui pose pour la photo dans la médina de Larache
Un chat qui pose pour la photo dans la médina de Larache

Chat sacrés et sacrés chats

On dit en effet que Mohammed, le prophète aimait les chats et éprouvait une affection particulière pour sa chatte Muezza qui l’aurait sauvé de la morsure d’un serpent. On dit aussi qu’un jour, alors que sa chatte dormait paisiblement sur un pan de sa djellaba, il aurait préféré couper un bout de sa tunique plutôt que de déranger la chatte dans son sommeil. La protégée de Mohammed, avait même, dit-on, l’exclusivité d’aller prier à La Mecque avec le Prophète.

Cela expliquerait pourquoi aujourd’hui, le chat est considéré comme un animal pur, sacré et porteur de baraka. Libres (le plus souvent) d’entrer et de sortir dans les mosquées (ils ont bien de la chance !), les chats du Maroc se délectent la plupart du temps de bains de soleil, le poil luisant et l’air insouciant... Ne dit-on pas que "la misère est moins pénible au soleil ?".

S’il est tentant de cajoler les matous et les minous du Maroc, n’oubliez cependant pas que la grande majorité de ces félins (même le p’tit chaton tout mignon) ne sont pas vaccinés et médicalisés. À manipuler avec précaution donc !

Books lovers cats dans la médina d'Asilah
Books lovers cats dans la médina d'Asilah
© photo principale : Laurie Arnauné © photos article de haut en bas : Laurie Arnauné